Articles

Association des Parents

 

L’Association des Parents de l’école communale Saint-Job (ASPA JOB) est une équipe de parents bénévoles qui collabore avec la Direction et l’équipe pédagogique afin d’améliorer le cadre de vie de tous les enfants de l’école.

Son rôle principal est de représenter tous les parents, de les aider à mieux connaître l’école que leurs enfants fréquentent et d’établir un lien entre tous les parents, partager les idées de chacun afin d’améliorer la créativité de l’association et de la vie au sein de l’école.

Tous les parents de l’école peuvent devenir membres de l’ASPA JOB et sont invités à participer aux activités organisées à l’école.

Ces activités ont pour but de permettre aux parents de faire connaissance dans une ambiance conviviale et chaleureuse mais également de recueillir le point de vue des parents, les informer et susciter leur participation à la vie de l’école. Vos questions, votre dynamisme, vos idées, votre énergie et votre bonne humeur nous sont très précieux.

Des réunions avec la Direction sont organisées en début et fin d’année ainsi qu’avant chaque activité organisée au sein de l’école. Elles ont comme objectif de travailler ensemble sur certaines réflexions, projets et éventuelles problématiques.

Besoin d’informations sur l’Association des Parents ? Contactez-nous via l’adresse e-mail Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

N'hésitez pas ! Soyez nombreux à nous rejoindre et à prendre part à nos réunions actives, dynamiques, enthousiastes et constructives !

Procès-verbal et Power point de l'AG du 17 octobre 2023

 

 

Règlement général des études communales

Service Education

DEPARTEMENT AFFAIRES EDUCATIVES - REGLEMENT DES ETUDES 

Conseil communal du 27 avril 2023 - Entrée en vigueur dès le 28 août 2023

Préliminaires


Le règlement des études des écoles communales d’Uccle, le règlement d’ordre intérieur propre à chaque école, les projets éducatif et pédagogique des écoles communales sont les documents de référence qui définissent les valeurs portées par l’enseignement communal, les objectifs pédagogiques visés et les moyens mis en œuvre pour les atteindre. Ils reprennent également les normes, règles en vigueur dans nos écoles.

Au sens du présent règlement, on entend par “parents” les personnes investies de l’autorité parentale sur l’élève mineur.

Le règlement des études est d’application dans le cadre de toutes les activités organisées par l’école (temps scolaire, excursions, fêtes, classes de dépaysement, garderies, etc.) dans ou hors de ses bâtiments ainsi que sur le chemin de l’école.

Dans ce règlement, l'emploi des noms masculins pour les titres et fonctions est épicène, en vue d'assurer la lisibilité du texte, nonobstant les dispositions du décret du 21 juin 1993 relatif à la féminisation des noms de métier, fonction, grade ou titre.

 

Article 1


Les dispositions du présent règlement définissent les règles indispensables au bon fonctionnement de l’école, les critères d’un travail scolaire de qualité et les procédures d’évaluation de celui-ci.

Elles complètent les matières régies par la réglementation communale et par la législation applicable à tous les établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française.

L’école est une institution collective spécifique qui est régie par des règles propres indépendamment des règles individuelles familiales.

L’équipe éducative, représentée par la direction de l’école, est garante de l’application de ces règles collectives.

Par l’inscription dans l’école, les élèves et leurs parents en acceptent les projets éducatif et pédagogique, le projet d’école, le règlement des études ainsi que le règlement d’ordre intérieur (ROI propre à chaque école).

 

Article 2


Les parents sont appelés à seconder le corps professoral dans sa mission en veillant à la bonne application du présent règlement et en suivant de près et de manière régulière la progression, le travail scolaire et le comportement de leur enfant.

La direction de l’école reçoit les parents sur rendez-vous. Les professeurs sont à leur disposition lors des réunions de parents organisées par l’école. En cas de nécessité, ils les reçoivent également sur rendez-vous pendant les heures d’ouverture de l’école.

Les parents ne sont pas autorisés à entrer dans l’école en dehors des plages horaires et des organisations spécifiques propres à chaque établissement.

Des réunions de parents (collectives ou individuelles) sont régulièrement organisées selon des modalités propres à chaque école. La participation à ces réunions est importante. Le parcours scolaire de l’élève, son évolution psycho-sociale et les projets en lien avec la vie de l’école restent les sujets principaux de ces réunions.

Les parents prennent connaissance des avis qui leur sont communiqués par l’intermédiaire des supports proposés par l’école (journal de classe, carnet de communications, site internet, etc.).

 

Article 3


L’horaire des cours et les heures d’ouverture de l’école figurent au journal de classe de l’élève.

Les élèves doivent se trouver à l’école au moins cinq minutes avant le début des cours. Tout retard doit être dûment motivé.

A l’issue des cours proprement dits, les élèves non-inscrits à une garderie, quittent l’école en compagnie des parents ou d’une personne désignée par ceux-ci, sauf notification écrite contraire, signée par les parents, ou accompagnent un des rangs organisés par l’école.

Les parents veillent à respecter scrupuleusement les heures de fin des cours et des garderies. Tout enfant se trouvant encore à l’école à l’heure de la fermeture de celle-ci, fera l’objet d’une facturation supplémentaire établie comme suit :

  • Retard 1 : avertissement
  • Retard 2 : 25 € pour le 1er 1/4h00 + 25 € par 1/4h00 entamé
  • Retard 3 : 50 € pour le 1er 1/4h00 + 25 € par 1/4h00 entamé
  • Retard 4 : 75 € pour le 1er 1/4h00 + 25 € par 1/4h00 entamé
  • Retard 5 : 100 € pour le 1er 1/4h00 + 25 € par 1/4h00 entamé
  • Retard 6 : exclusion garderie


En cas de retard abusif, l’enfant pourra être placé sous la responsabilité de la police.

En cas de manquements répétés, le Collège des Bourgmestre et Echevins peut prononcer une exclusion temporaire ou définitive de ce service.

 

Article 4


Sauf dispense accordée par la direction de l’école sur base des textes légaux, les élèves suivent effectivement et assidûment tous les cours et toutes les activités organisées dans le cadre scolaire.

Dès l'entrée en 3ème maternelle, les élèves sont soumis à l'obligation scolaire. Toute absence doit alors faire l'objet d'une justification écrite, signée par les parents. Toute absence de plus de trois jours doit être couverte par un certificat médical. Tout cumul de plus de 8 demi-jours d'absences injustifiées impose à la direction de l'école de dénoncer cette situation de non- respect des règles liées à l'obligation scolaire auprès des services de la Communauté française (Direction générale de l’enseignement obligatoire). Toute absence de plus de 3 jours doit être couverte par un certificat médical.

 

Article 5


L’élève doit toujours être muni du matériel scolaire demandé par les professeurs. Il n’apporte à l’école, sauf autorisation expresse, que le matériel et l’équipement indispensables au bon déroulement des activités scolaires.

Les élèves n’apportent à l’école aucun objet de valeur.

L’école décline toute responsabilité en cas de perte, de vol ou de détérioration.

En maternelle, les élèves utilisent le matériel fourni par le Pouvoir Organisateur dans le cadre du décret sur la gratuité.

En 1ère et 2ème année primaire, les élèves reçoivent des fournitures scolaires en début d’année fournies par le Pouvoir Organisateur dans le cadre du même décret. Le matériel perdu ou détérioré doit être remplacé aux frais des parents.

Les élèves sont responsables des dégâts occasionnés par eux aux bâtiments, au matériel et au mobilier de l’école. Ils prennent le plus grand soin des fournitures que l’école met à leur disposition et respectent la propriété d’autrui. En cas d’infraction, leurs parents seront tenus de procéder à la réparation du dommage subi.

 

Article 6


L’élève doit toujours être en possession de son journal de classe. Il le tient de façon irréprochable et complète.

Les parents consultent le journal de classe et le carnet de communications de leur enfant et les signent quotidiennement.

 

Article 7


Tout au long de l’année scolaire, le travail de l’élève est soumis à diverses formes d’évaluation. Les parents sont invités à collaborer à cette évaluation en visant régulièrement les cahiers et les travaux de leur enfant.

Des bulletins périodiques consignent les résultats obtenus dans les matières inscrites aux référentiels du tronc commun de la Fédération Wallonie-Bruxelles ainsi qu’au programme des études et les commentaires des enseignants concernés.

Le titulaire évalue de façon constante les acquis de l’élève.

Le Conseil de classe évalue de façon régulière le parcours scolaire de l’élève. Il analyse les causes des difficultés éventuelles, envisage des mesures d’aide, de soutien, de remédiation ou d’orientation.

Des examens ont lieu une fois l’an en fin d’année, selon un horaire particulier qui est communiqué par la voie du journal de classe ou du carnet de communications.

Evaluation certificative : en fin de 6e année, au terme de la passation des épreuves externes communes, le conseil de classe, présidé par la direction de l’école, délivre le Certificat d’Etudes de Base (CEB).

Toute absence aux examens de fin d’année doit être couverte par un certificat médical. En cas d’absence à une évaluation sommative, l’élève peut être soumis à une évaluation différée à l’exception de la passation du CEB.

En cas d’impossibilité matérielle d’organiser celle-ci, le conseil de classe fonde son appréciation sur le dossier scolaire de l’élève.

Toute fraude ou tentative de fraude est sanctionnée.

Le Conseil de classe peut décider de la nécessité de maintenir un élève dans le niveau d’année sur base de l’analyse du dossier scolaire de l’enfant. Cette décision est dûment motivée. Tout recours contre une décision du conseil de classe doit être transmis, via la direction de l’école, à l’Inspection pédagogique des écoles communales d’Uccle, déléguée à cet effet par le Collège des Bourgmestre et Echevins.

 

Article 8


Le comportement de chaque enfant est évalué constamment et commenté dans chaque bulletin.

Si, à la fin de l’année, il est établi que le comportement de l’élève est préjudiciable pour la collectivité, il peut ne pas être réinscrit dans l’établissement l’année suivante. Ce refus de réinscription est considéré comme une exclusion définitive et est géré conformément à la procédure imposée par la législation en la matière.

 

Article 9


Les élèves sont soumis à l’autorité du chef d’établissement et de tous les membres du personnel durant tout le temps où ils sont confiés à la garde de l’école.

Ils répondent en outre ponctuellement à leurs instructions, même hors l’enceinte de l’établissement, quant à leur déplacement et leur comportement sur le chemin de l’école.

Une tenue compatible avec les activités et la vie en collectivité et un comportement correct sont exigés des élèves.

Leur tenue et leur comportement doivent être en conformité parfaite avec les principes fondamentaux de pluralisme et de neutralité de l’école officielle, tels que définis par le projet éducatif de la Commune d’Uccle.

Un comportement correct est exigé des parents dans le cadre de leurs relations avec l’ensemble des membres du personnel de l’école. Toute violence verbale ou physique à l’encontre d’un membre de l’équipe éducative sera poursuivie (cf. Article 10).

Toute intervention directe d’un parent envers un enfant autre que le sien est interdite en cas de différend ou de conflit.

 

Article 10


En cas d’infraction aux règles de savoir-vivre communément admises ou d’entrave au bon fonctionnement de l’établissement, des mesures disciplinaires, allant de travaux d’intérêt pour la collectivité scolaire à l’exclusion définitive, peuvent être prononcées.

Les sanctions doivent être proportionnelles à la gravité des faits et à leurs antécédents éventuels.

Il ne peut être infligé aucune punition corporelle ni autre punition de nature, soit à exposer l’élève à la risée ou au mépris de ses condisciples, soit à le soustraire à la surveillance immédiate d’un membre de l’établissement.

Les mesures d’ordre ont pour but d’amener l’élève à améliorer un comportement qui fait obstacle au bon fonctionnement de l’école ou à corriger une attitude qui peut entraver la réussite de ses études. Elles comprennent la réprimande, la rédaction d’un texte de réflexion ou la réalisation d’un travail réflexif, une sanction réparatrice, un travail supplémentaire, la suppression d’une activité récréative, la retenue en dehors des heures de cours. Elles sont prononcées par la direction de l’école ou par les membres du personnel de l’école.

Les mesures disciplinaires constituent une réaction à un comportement représentant un danger pour le bon fonctionnement de l’école. Elles vont de l’exclusion temporaire à l’exclusion définitive. Elles sont prononcées par la direction de l’école conformément à la procédure fixée par le Décret de la Communauté française définissant les Missions prioritaires de l’Enseignement.

Un élève peut être exclu définitivement de l’établissement si lui-même ou une personne extérieure à l’établissement en lien avec lui se sont rendus coupables de faits qui portent atteinte à l’intégrité physique, psychologique ou morale d’un membre du personnel ou d’un élève, compromettent l’organisation ou la bonne marche de l’établissement ou lui font subir un préjudice matériel ou moral grave. Participe notamment à ces motifs d’exclusion, la liste des faits graves reprise dans l’arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 18 janvier 2008 (art.1.7.9-4 du Code de l’Enseignement).

Les parents qui se rendent coupables de faits qui portent atteinte à l’intégrité physique, psychologique ou morale d’un membre du personnel ou d’un élève, qui compromettent l’organisation ou le bon fonctionnement de l’établissement ou lui font subir un préjudice matériel ou moral grave feront l’objet d’un dépôt de plainte auprès des autorités judiciaires. L’accès à l’école, y compris les cours de récréation, peut leur être interdit sur décision du Collège des Bourgmestre et Echevins.

L’exclusion définitive d’un élève est prononcée par la direction de l’école, déléguée à cet effet par le pouvoir organisateur, conformément à la procédure fixée par le Décret de la Communauté française définissant les Missions prioritaires de l’Enseignement (art.1.7.9-6 du Code de l’Enseignement - Annexe 1).

Si la gravité des faits le justifie, la direction de l’école, déléguée par le pouvoir organisateur, peut écarter provisoirement l'élève de l'école pendant la durée de la procédure d'exclusion définitive. L'écartement provisoire ne peut dépasser dix jours ouvrables scolaires.

 

Article 11


En matière de guidance psycho-médicosociale, les parents des élèves et l’école peuvent consulter l’équipe du Centre PMS. Celle-ci est composée de conseillers psycho- pédagogiques, auxiliaires psycho-pédagogiques, logopèdes, auxiliaires sociaux et auxiliaires paramédicaux tenus au secret professionnel, dont les services sont gratuits.

Tout élève bénéficie, en toute liberté, du droit à la guidance et à l’orientation scolaire.

Quand une aide individualisée s’avère nécessaire, les parents sont informés et conseillés par l’équipe du Centre PMS et l’équipe pédagogique de l’école afin de définir, en concertation, la portée, les moyens et les limites de l’intervention. Les parents sont toujours maîtres de la décision finale.

Les coordonnées du Centre PMS attaché à l’établissement sont communiquées aux parents d’élèves nouvellement inscrits, ceux-ci ont la liberté de refuser l’offre de services du Centre PMS.

Le conseil de classe examine régulièrement, pour chaque enfant, les résultats des observations conjointes. Un examen individualisé approfondi peut être réalisé pour les enfants dont les dépistages révèlent un risque de difficultés d’apprentissage.

Le Centre PMS assure également la guidance de tous les élèves fréquentant l’enseignement spécialisé. Les réorientations sont du ressort du seul Centre PMS ayant l’école dans ses attributions.

 

Article 12


En matière de tutelle sanitaire, les élèves sont soumis à la tutelle sanitaire du service de promotion de la santé à l’école (PSE).

L’examen médical de prévention est obligatoire et gratuit.

Toutes les mesures de prophylaxie des maladies contagieuses (méningite, tuberculose…) sont organisées selon les dispositions légales. L’élève ne peut en être dispensé qu’en apportant une attestation médicale extérieure.

Le PSE réalise des bilans médicaux pour les élèves de maternelle, primaire et secondaire.

En cas de maladie contagieuse de l’élève, les parents sont tenus d’informer l’école et de fournir immédiatement un certificat médical.

L’administration d’un médicament ne s'effectue que sur la seule base d’une attestation médicale.

 

Article 13


Les inscriptions dans les écoles communales fondamentales et primaires de l’enseignement ordinaire sont régies par le Règlement relatif aux inscriptions voté par le Conseil communal.

Seuls les élèves régulièrement inscrits dans une école communale peuvent fréquenter les garderies, les activités extrascolaires proposées par l’école et les garderies de vacances.

 

Article 14


Les frais se répartissent en 2 catégories :

  • Les frais scolaires liés directement à la scolarité des élèves (activités pédagogiques sportives et culturelles, séjours pédagogiques, matériel scolaire, droits d’accès à la piscine et déplacement, etc.) ;
  • Les frais non obligatoires liés à la consommation de services non-obligatoires (garderies du matin et du soir, temps de midi, repas, soupe, ateliers extra-scolaire, garderies de vacances, etc.).

 

La perception des frais est effectuée en début de chaque mois.

Les frais scolaires sont réclamés conformément aux articles 1.7.2-2 et 1.7.2-3 du Code de l’Enseignement (Annexe 2).

Pour les frais scolaires dont le montant excède cinquante euros, les parents peuvent demander un échelonnement sur plusieurs décomptes.

Les parents confrontés à des difficultés financières s’adressent directement à la direction de l’école afin de trouver des solutions à ces difficultés.

 

ANNEXE 1 – extrait du Code de l’Enseignement


Article 1.7.9-6. - § 1er. Préalablement à toute exclusion définitive, l'élève, s'il est majeur, ou l'élève et ses parents, s'il est mineur, sont invités, par envoi recommandé, à une audition avec le directeur qui leur expose les faits et les entend. Cette audition a lieu au plus tôt le quatrième jour ouvrable scolaire qui suit la notification. Le procès-verbal de l'audition est signé par l'élève majeur ou par les parents de l'élève mineur. Le refus de signature du procès-verbal est constaté par un membre du personnel enseignant ou auxiliaire d'éducation et n'empêche pas la poursuite de la procédure. Le cas échéant, un procès-verbal de carence est établi et la procédure se poursuit.

2. Après avoir pris l'avis du conseil de classe dans l'enseignement secondaire ou de l'équipe pédagogique dans l'enseignement primaire, l'exclusion définitive est prononcée par le pouvoir organisateur ou son délégué. Dans l'enseignement officiel subventionné, l'exclusion définitive est prononcée par le Collège communal dans la Région wallonne, le Collège des bourgmestre et échevins dans la Région de Bruxelles-Capitale, le Collège provincial, le Collège de la Commission communautaire française ou le conseil d'administration, ou par leur délégué. L'exclusion définitive, dument motivée, est signifiée par envoi recommandé avec accusé de réception à l'élève s'il est majeur, à ses parents, s'il est mineur. Le pouvoir organisateur ou son délégué transmet aux services du Gouvernement copie de la décision d'exclusion définitive dans les dix jours ouvrables qui suivent la date d'exclusion.

Article 1.7.9-7. - § 1er. Lorsque le pouvoir organisateur délègue le droit de prononcer l'exclusion à un membre de son personnel, il prévoit une possibilité de recours selon les cas, au Collège provincial, au Collège communal en Région wallonne, ou au Collège des Bourgmestre et échevins en Région de Bruxelles-Capitale, au Collège de la Commission communautaire française ou à son conseil d'administration.

2. L'existence d'un droit de recours et ses modalités doivent figurer dans l'envoi recommandé visé à l'article 1.7.9-6, § 2, alinéa 2. Lorsque le droit de recours existe, il est exercé par l'élève s'il est majeur, par ses parents, s'il est mineur. Le recours est introduit par envoi recommandé dans les dix jours ouvrables qui suivent la notification de l'exclusion définitive.


L'introduction du recours n'est pas suspensive de la décision d'exclusion.

3. L'autorité visée au paragraphe 1er statue sur le recours au plus tard le quinzième jour ouvrable scolaire qui suit la réception du recours. Lorsque le recours est reçu pour les vacances d'été, l'autorité compétente statue pour le 20 aout. Dans tous les cas, la notification est donnée dans les trois jours ouvrables scolaires qui suivent la décision.

Article 1.7.9-8. - Le centre PMS de l'école de l'élève est à la disposition de ce dernier et de ses parents s'il est mineur, notamment dans le cadre d'une aide à la recherche d'une nouvelle école.

 

ANNEXE 2 : extrait du Code de l’Enseignement


Article 1.7.2-2. - § 1er. Dans l'enseignement maternel, ordinaire et spécialisé, sans préjudice des alinéas 2 et 3, aucuns frais scolaires ne peuvent être perçus et aucune fourniture scolaire ne peut être réclamée aux parents, directement ou indirectement.

Dans l'enseignement maternel, ordinaire et spécialisé, seuls les frais scolaires suivants, appréciés au cout réel, peuvent être perçus :

1° les droits d'accès à la piscine ainsi que les déplacements qui y sont liés ;

2° les droits d'accès aux activités culturelles et sportives s'inscrivant dans le projet pédagogique du pouvoir organisateur ou dans le projet d'école ainsi que les déplacements qui y sont liés. Le Gouvernement arrête le montant total maximal toutes taxes comprises qu'une école peut réclamer par élève pour une année d'étude, un groupe d'années d'étude et/ou pour l'ensemble des années d'étude de l'enseignement maternel ;

3° les frais liés aux séjours pédagogiques avec nuitée(s) organisés par l'école et s'inscrivant dans le projet pédagogique du pouvoir organisateur ou dans le projet d'école, ainsi que les déplacements qui y sont liés. Le Gouvernement fixe le montant total maximal toutes taxes comprises qu'une école peut réclamer par élève pour une année d'étude, un groupe d'années d'étude et/ou pour l'ensemble des années d'étude de l'enseignement maternel.

Seules les fournitures scolaires suivantes ne sont pas fournies par les écoles :

1° le cartable non garni ;

2° le plumier non garni ;

3° les tenues vestimentaires et sportives usuelles de l'élève.

Aucun fournisseur ou marque de fournitures scolaires, de tenues vestimentaires ou sportives usuelles ou prescriptions qui aboutissent au même effet ne peuvent être imposés aux parents ou à la personne investie de l'autorité parentale.

Les frais scolaires autorisés visés à l'alinéa 1er, 1° à 3°, ne peuvent pas être cumulés en vue d'un paiement forfaitaire et unique. Ils sont imputés à des services précis et effectivement organisés.

Les montants fixés en application de l'alinéa 1er, 2° et 3°, sont annuellement indexés en appliquant aux montants de l'année civile précédente le rapport entre l'indice général des prix à la consommation de janvier de l'année civile en cours et l'indice de janvier de l'année civile précédente.

 

2. Dans l'enseignement primaire, ordinaire et spécialisé, ne sont pas considérés comme perception d'un minerval les frais scolaires appréciés au cout réel suivant :


1° les droits d'accès à la piscine ainsi que les déplacements qui y sont liés ;

2° les droits d'accès aux activités culturelles et sportives s'inscrivant dans le projet pédagogique du pouvoir organisateur ou dans le projet d'école ainsi que les déplacements qui y sont liés. Le Gouvernement fixe le montant total maximal toutes taxes comprises qu'une école peut réclamer par élève pour une année d'étude, un groupe d'années d'étude et/ou sur l'ensemble des années d'étude de l'enseignement primaire ;

3° les frais liés aux séjours pédagogiques avec nuitée(s) organisés par l'école et s'inscrivant dans le projet pédagogique du pouvoir organisateur ou dans le projet d'école, ainsi que les déplacements qui y sont liés. Le Gouvernement fixe le montant total maximal toutes taxes comprises qu'une école peut réclamer par élève pour une année d'étude, un groupe d'années d'étude et/ou sur l'ensemble des années d'étude de l'enseignement primaire.

Aucun fournisseur ou marque de fournitures scolaires, de tenues vestimentaires ou sportives usuelles ou prescriptions qui aboutissent au même effet ne peut être imposé aux parents ou à la personne investie de l'autorité parentale.

Les frais scolaires autorisés visés à l'alinéa 1er, 1° à 3°, ne peuvent pas être cumulés en vue d'un paiement forfaitaire et unique. Ils sont imputés à des services précis et effectivement organisés.

Les montants fixés en application de l'alinéa 1er, 2 et 3°, sont indexés annuellement en appliquant aux montants de l'année civile précédente le rapport entre l'indice général des prix à la consommation de janvier de l'année civile en cours et l'indice de janvier de l'année civile précédente.

 

3. Dans l'enseignement secondaire, ordinaire et spécialisé, ne sont pas considérés comme perception d'un minerval les frais scolaires appréciés au cout réel suivant :


1° les droits d'accès à la piscine ainsi que les déplacements qui y sont liés ;

2° les droits d'accès aux activités culturelles et sportives s'inscrivant dans le projet pédagogique du pouvoir organisateur ou dans le projet d'école ainsi que les déplacements qui y sont liés. Le Gouvernement fixe le montant total maximal toutes taxes comprises qu'une école peut réclamer par élève pour une année d'étude, un groupe d'années d'étude et/ou sur l'ensemble des années d'étude de l'enseignement secondaire ;

3° les photocopies distribuées aux élèves ; sur avis conforme du Conseil général de l'enseignement secondaire, le Gouvernement arrête le montant maximum du cout des photocopies par élève qui peut être réclamé au cours d'une année scolaire ;

4° le prêt des livres scolaires, d'équipements personnels et d'outillage ;

5° les frais liés aux séjours pédagogiques avec nuitée(s) organisés par l'école et s'inscrivant dans le projet pédagogique du pouvoir organisateur ou dans le projet d'école, ainsi que les déplacements qui y sont liés. Le Gouvernement fixe le montant total maximal toutes taxes comprises qu'une école peut réclamer par élève pour une année d'étude, un groupe d'années d'étude et/ou sur l'ensemble des années d'étude de l'enseignement secondaire.

Aucun fournisseur ou marque de fournitures scolaires, de tenues vestimentaires ou sportives usuelles ou prescriptions qui aboutissent au même effet ne peuvent être imposés à l'élève majeur ou aux parents ou à la personne investie de l'autorité parentale.

Les frais scolaires autorisés visés à l'alinéa 1er, 1° à 5°, ne peuvent pas être cumulés en vue d'un paiement forfaitaire et unique. Ils sont imputés à des services précis et effectivement organisés.

Les montants fixés en application de l'alinéa 1er, 2° et 5°, sont indexés annuellement en appliquant aux montants de l'année civile précédente le rapport entre l'indice général des prix à la consommation de janvier de l'année civile en cours et l'indice de janvier de l'année civile précédente.

4. Dans l'enseignement primaire et secondaire, ordinaire et spécialisé, les frais scolaires suivants peuvent être proposés à l'élève, s'il est majeur, ou à ses parents, s'il est mineur, pour autant que le caractère facultatif ait été explicitement porté à leur connaissance :

1° les achats groupés ;

2° les frais de participation à des activités facultatives ;

3° les abonnements à des revues. Ils sont proposés à leur cout réel pour autant qu'ils soient liés au projet pédagogique.

 

Article 1.7.2-3. - § 1er. Les pouvoirs organisateurs sont tenus, dans la perception des frais scolaires, de respecter l'article 1.4.1-5.

Ils peuvent, dans l'enseignement primaire et dans l'enseignement secondaire, mettre en place un paiement correspondant au cout moyen réel des frais scolaires.

Présentation

 ecole

 

Chers parents,

L’école communale de Saint-Job c’est une équipe dynamique et soudée, des enfants épanouis, un enseignement rigoureux dans un écrin de verdure.

Nichée sur le flanc de la montagne de Saint-Job, faisant le lien entre la chaussée du même nom et le plateau Avijl, l'école communale de Saint-Job accueille 335 enfants âgés de 2 ans 1/2 à 12 ans.

Ceux-ci sont répartis en deux sections : la section maternelle et la section primaire.

Un pied en ville puisque proche de la place de Saint-Job avec ses commerces et son animation, son autre pied est à la campagne, bien ancré au poumon vert du quartier. Cette situation privilégiée permet aux élèves de s'éveiller dès le plus jeune âge aux différentes valeurs que nous enseigne la nature. Alors qu'à notre époque l'éphémère est roi, l'enseignement qui y est prodigué est rigoureux tout en se voulant ouvert au monde qui l'entoure.

Comptant deux classes par année, chaque enfant est poussé à relever le défi d'acquérir une base solide pour affronter l'école secondaire avec sérénité.

Les enfants de la section maternelle sont initiés à la psychomotricité, à la graphomotricité tout ceci venant en complément des activités habituelles des sections maternelles.


L'entrée en primaire ouvre la porte à l'apprentissage de la lecture, de l'écriture et du calcul, tout en réservant une grande place aux activités d'éveil tant scientifiques qu'artistiques.

Pour renforcer ou susciter les acquis, des excursions sont organisées régulièrement (théâtres, musées, …) tandis que de nombreux projets sont menés à terme pour responsabiliser nos adultes de demain.

Des classes de dépaysement permettent de s'essayer à la vie en groupe et de découvrir les richesses du patrimoine et de la nature. Au degré moyen, pour enrichir le cours de néerlandais, les enfants partent une semaine en classes linguistiques.

Toutes les classes primaires sont équipées d’un tableau interactif.

Alliant un enseignement rigoureux, le charme des bâtiments d'autrefois à une ambiance conviviale, l'école communale de Saint-Job est emmenée par une équipe dynamique ayant à cœur de promouvoir une pédagogie de la réussite.

Une école à découvrir …

                                                                                                                                            Jullie Castrignano - Directrice

Ecole de Saint-Job

Ecole communale de Saint-Job

Actualités
 
 

Nous avons maintenant une page INSTAGRAM où vous pourrez trouver les photos des activités de notre l’école.
https://www.instagram.com/ecolecommunaledesaintjob/

N’hésitez pas à aller y faire un tour et à vous abonner!

 


Modalités d'inscriptions à l'école

La procédure détaillée se trouve sur le site de la commune d'Uccle et sur ce site dans "l'espace parents"

Priorité 1 - du 02/09/2024 au 30/09/2024 - Fraterie uniquement. Il ne faut pas vous inscrire sur IRISbox. Vous devez demander un formulaire d'inscription au secrétariat.

 


05/07/2024

Voici le mot qui rassemblent les consignes importantes pour la rentrée 2024-2025. Nous avons également une charte pour les parents. Merci d'en prendre connaissance.

  • Rendez-vous le lundi 26 août 2024 à 8h25
    • Acc, 1M, 2/3M Libelllules dans la cour maternelle
    • 2/3M Colibris, 2/3M Papillons et classes primaires dans la cour primaire
  • Une garderie est organisée de 7h à 8h25, si vous ne savez pas être présent. Entre 7h et 7h45, la garderie se trouve uniquement dans le réfectoire maternel. 

Veillez à ce que votre enfant soit en ordre pour le matériel scolaire. Vous trouverez la liste en cliquant sur le nom du titulaire.

Composition des classes et listes du matériel :

 

Il n’y a pas de repas chaud la première semaine. N’oubliez pas de prévoir un pique-nique. Vous aurez la possibilité de commander les repas via un formulaire d’inscription qui sera distribué dans le cartable.

Votre enfant recevra beaucoup de documents à compléter. Ceux-ci devront être rendus dès le deuxième jour d’école.

Une réunion collective est prévue le jeudi 29 août 2024 à 18h. Un agenda avec toutes dates de l’année sera mis en ligne en début d’année.

Pour les enfants en 4eme année, un départ en classes de dépaysement est prévu la semaine du 2 au 6 septembre 2024. Les titulaires ont préparé la liste avec les informations utiles pour le séjour et le matériel à mettre dans la valise.

Bonnes vacances! 

L'équipe éducative.

 

 

Projets Educatif et Pédagogique de la Commune d’Uccle

Projet pédagogique de la commune d'Uccle

 Projet éducatif


« L’homme honorable commence par appliquer ce qu’il veut enseigner ; ensuite il enseigne » - Confucius / Entretiens du maître avec ses disciples


1 INTRODUCTION


Le projet éducatif de l’enseignement communal ucclois est le document fondateur qui définit la politique que veulent suivre le pouvoir organisateur et les membres de la communauté scolaire en matière d’éducation et d’enseignement. Il énonce les valeurs et les principes communs à l’ensemble des écoles communales. En cela, il balise la trajectoire qu’empruntera la communauté scolaire pour atteindre les objectifs prioritaires définis par le Décret « Missions » du 24 juillet 1997:

  • Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves ;
  • Amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences, dont la maîtrise de la langue française, qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle ;
  • Préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures ;
  • Assurer à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale.

Par « communauté scolaire », il convient d’entendre l’ensemble des membres du personnel, sans distinction de fonction et de hiérarchie, qui intervient au sein de nos écoles :

  • Animateur / animatrice de garderie ;
  • Directeur / directrice ;
  • Educateur / éducatrice ;
  • Enseignant / enseignante ;
  • Personnel d’entretien ;
  • Personnel paramédical ;
  • Puériculteur / puéricultrice ;
  • Régisseur ;
  • Secrétaire

 


2 LES VALEURS


Toute action éducative est porteuse de valeurs, créatrice d’attitudes, génératrice de savoirs, de savoir-faire et de savoir-être.
Toutes les personnes impliquées, à quelque titre que ce soit, dans le processus d’instruction et d’éducation, s’accordent sur les valeurs suivantes. Elles s’engagent à les incarner, à les promouvoir, à les transmettre, à les garder à l’esprit dans toute action menée au sein de nos écoles communales.
La bienveillance, fondée sur la capacité à ressentir de manière empathique ce dont l’élève aurait besoin et lui donner de l’importance malgré ses erreurs, est identifiée comme primordiale.


2.1. Valeurs morales et sociales


Les écoles communales promulguent un enseignement humaniste :


• Considérant l’enfant ou l’élève comme personne à part entière
• Respectueux des droits humains, des principes de neutralité
• Ouvert aux différences, à la diversité, à la mixité sociale et culturelle
• Excluant toute forme de discrimination
• Initiant à la citoyenneté et à la démocratie via:

  • La collaboration
  • Le partage
  • L’entraide
  • La coopération
  • La solidarité
  • La responsabilité individuelle et collective
  • La connaissance de ses droits et devoirs
  • Le dialogue, l’écoute et le respect mutuel
  • La collégialité
  • L’implication sociétale et environnementale


• Fondé sur:

  • L’épanouissement personnel
  • La confiance en soi
  • L’empathie
  • Le bien-être


• Offrant à chacun une possibilité de progression adaptée


2.2. Valeurs pédagogiques


Les écoles communales promulguent un enseignement :


• Mobilisant toutes les formes de savoirs dans les apprentissages:

  • Savoirs
  • Savoir-faire
  • Savoir-être

 

• Développant le plaisir d’apprendre, de savoir, de comprendre
• Encourageant la curiosité, la recherche
• Développant l’ouverture d’esprit et l’esprit critique
• Promouvant la créativité, la capacité d’adaptation
• Invitant à inventer, innover, proposer
• Permettant à l’élève de construire une méthode de travail structurée
• Considérant l’erreur comme étape nécessaire du processus d’apprentissage
• Favorisant l’éveil et le développement des compétences tant intellectuelles que manuelles, physiques, affectives, artistiques et scientifiques
• Rendant l’élève autonome, acteur de ses apprentissages et conscient de ces derniers


2.3. Valeurs culturelles et artistiques


Les écoles communales promulguent:


• La découverte et la rencontre des cultures en refusant toute hiérarchie entre elles
• La découverte des arts sous toutes leurs formes et sans hiérarchie de valeur
• La pratique artistique comme moyen:

  • D’expression
  • De créativité et source de plaisir
  • D'affirmation de son identité propre et de l’estime de soi


3 IDENTITE DE L’ECOLE COMMUNALE


L’école est un lieu d’épanouissement : l’école communale se veut exigeante tout en respectant la personnalité de chaque enfant. Elle veille à son bien-être. Elle entend permettre à chacun de développer ses potentialités, de se découvrir au travers de ses rencontres et des apprentissages afin de lui donner toutes ses chances de bonheur et d’insertion harmonieuse dans la société.
L’école est un lieu de formation et d’apprentissage, qui veut assurer à ses élèves une formation et des savoirs rigoureux, des savoir-faire et savoir-être solides.

Elle veut leur apporter de bonnes habitudes de travail et promouvoir la fierté du travail bien fait. Elle veut former des êtres libres, curieux et créatifs, responsables et solidaires, impliqués dans leurs apprentissages, disposant du bagage nécessaire pour s’épanouir dans leur parcours scolaire et professionnel quelle que soit la filière choisie et pour vivre pleinement leur vie.
L’école communale réserve un accueil de qualité aux parents et les invite à s’impliquer dans le suivi scolaire de leur enfant. Elle favorise le dialogue et la collaboration.

L’école communale est un lieu de rencontre. Elle est:


• Publique, ouverte à tous, quelles que soient les origines socio-économiques, culturelles ou les aptitudes des enfants, elle garantit un accompagnement adapté ;
• Pluraliste et tolérante : l’école est respectueuse de toutes les conceptions philosophiques et religieuses, politiques et idéologiques, l’école communale garantit la liberté des consciences, des individualités et est soucieuse de la collectivité ;
• Neutre et citoyenne : en respectant les opinions de chacun, l’école communale favorise le débat, compare les idées, organise le dialogue, la concertation et permet à chacun de tirer profit des échanges et des rencontres ; elle exclut, à cet effet, toute expression ostentatoire des appartenances politiques, philosophiques ou religieuses ; elle sensibilise les élèves aux enjeux actuels (sociétaux, environnementaux, humains, …) et s’adapte aux réalités du monde qui l’entoure ; elle initie au débat citoyen ;
• Démocratique : proche du citoyen, l’école s’efforce de répondre aux besoins de la collectivité locale en matière d’éducation et d’enseignement ; produit et productrice de démocratie, elle forme des êtres capables d’assumer leurs responsabilités.